Amazon demande à ses employés de se rapprocher de leur bureau

Redoublant d’efforts pour ramener les employés de la tech au bureau, Amazon demande à certains travailleurs de déménager pour s’assurer qu’ils sont suffisamment proches pour travailler en personne avec d’autres membres de leur équipe.

Les décisions concernant les personnes qui devront déménager sont prises au niveau des départements, et le nombre d’employés concernés n’est pas encore connu, a rapporté Bloomberg News. À moins qu’ils ne bénéficient d’une exception, le choix auquel sont confrontés certains employés est de déménager ou de démissionner, a rapporté le Seattle Times, citant des messages internes sur Slack.

Amazon affirme avoir mis en place une procédure pour demander des exceptions, et ces demandes seront examinées au cas par cas. L’entreprise affirme que les employés à qui l’on demande de déménager recevront des indemnités de déménagement.

« Depuis que nous travaillons ensemble au moins trois jours par semaine, il y a plus d’énergie, de collaboration et de connexions, et c’est ce que nous ont dit de nombreux employés et les entreprises qui entourent nos bureaux », a déclaré Brad Glasser, porte-parole d’Amazon. « Nous continuons à chercher les meilleurs moyens de réunir davantage d’équipes sur les mêmes sites et nous communiquerons directement avec les employés lorsque nous prendrons des décisions qui les concernent.

L’entreprise a mis en place sa politique de retour au bureau le 1er mai, les employés devant être de retour au bureau au moins trois jours par semaine. Cette politique a été l’une des raisons pour lesquelles certains employés d’Amazon ont manifesté leur mécontentement le 31 mai.

Les responsables locaux de Seattle ont salué la politique d’Amazon comme un coup de pouce pour le centre-ville en difficulté. Cette semaine, Amazon a publié de nouveaux chiffres qui, selon elle, montrent les avantages économiques de la zone autour de son siège à Seattle.

Dans un mémo du 17 février sur le retour au bureau, le PDG d’Amazon, Andy Jassy, a reconnu que « l’adaptation à un nouveau mode de travail prendra un certain temps » pour certains employés, mais il a cité les avantages de la collaboration en personne.

Jassy a également écrit : « Bien sûr, comme c’était le cas avant la pandémie, il y aura toujours certains cas (par exemple, certains de nos vendeurs, notre service clientèle, etc.) et des exceptions à ces attentes, mais il s’agira d’une petite minorité ».